Performance mentale : savoir utiliser ses habiletés mentales

performance habiletés mentales

Performance mentale : entraînons nos habiletés mentales !

Il y a plus de 20 ans, J. Fournier (INSEP – 1998) définissait la préparation mentale comme « le fait de développer des habiletés mentales, cognitives dont le but principal est d’optimiser la performance personnelle tout en promouvant le plaisir de la pratique et en favorisant l’atteinte de l’autonomie ».

J’en retire 4 idées fortes :

1) Nous avons des capacités mentales (comme nous avons des capacités physiques) que l’on peut développer en les entraînant.

2) On les travaille pour être plus performant, comme nous entraînons notre physique, nos techniques ou nos schémas tactiques 

3) Sans plaisir pas de performance.

4) En aucun cas, l’athlète est dépendant de son coach. Devenir autonome est au centre de la démarche.

 

Identifier et mesurer ses habiletés mentales

Habiletés mentales | Performance et CoachingLes habiletés mentales sont des ressources que nous utilisons (plus ou moins bien) pour nous adapter aux contraintes de la pratique sportive. Comme la préparation physique, ce développement concerne tous les sportifs qui désirent atteindre leur meilleur potentiel

Pour faire une photo à l’instant t de vos habiletés mentales, il peut être intéressant de “passer un test”. Personnellement, celui que je connais le mieux est le questionnaire OMSAT-4. Comme je l’indique dans mon article, ce questionnaire est une référence en psychologie du sport.

Les habiletés sont regroupées en 3 catégories

 

Les habiletés de base

 

Elles sont indispensables au meilleur état mental pour la performance. Elle forment le socle, le cadre. Ce sont :

1) l’engagement et la définition d’objectifs

2) la confiance en soi

3) la motivation

 

Les habiletés psychosomatiques

 

Ce sont :

4) la réaction au stress et sa gestion (par exemple avec la cohérence cardiaque, ou bien la sophrologie)

5) le contrôle de la peur, de l’anxiété et de manière générale la gestion des émotions

6) la relaxation

7) l’activation

Je rappelle que le terme psychosomatique désigne les troubles physiques occasionnés ou aggravés par des facteurs psychiques. Plus généralement, les effets de l’esprit sur le corps humain. Ces habiletés sont donc importantes pour évaluer et réguler le niveau d’énergie mobilisé par le sportif.

Par exemple, le travail sur les émotions est souvent délaissé par “peur” du côté psychologique. Pourtant accepter ses émotions, les analyser, en parler est un facteur de résilience majeur. Une manière de voir les diverses facettes d’une même situation.

 

Les habiletés cognitives

 

Les habiletés qui sont liées à la réflexion et à la pensée. On y distingue :

8) la concentration,

9) le contrôle des distractions (et donc la re concentration),

10) l’imagerie mentale (ou visualisation),

11) la flexibilité mentale (avec par exemple, le discours intérieur)

12)  la planification de l’engagement.

Elles permettent de rester au maximum de ses capacités pendant toute la durée de la performance.

 

Si vous décidez de travailler l’une des habiletés, et bien en repassant le questionnaire OMSAT-4, vous découvrirez une évolution de vos scores.

 

Comment travailler ses habiletés mentales : par exemple, les objectifs

Il existe un lien très fort entre Objectifs et la Motivation. La base d’une motivation qui résiste à l’usure du temps, c’est le projet personnel, son articulation avec toutes ses facettes et donc des objectifs bien définis, clairs, équilibrés, … motivant.

Identifier, Organiser et Gérer ses objectifs est donc indispensable.

Dans un prochain article, je reviendrais en détail sur cette fixation d’objectif. Mais ce que je peux déjà dire, c’est qu’en terme d’état d’esprit, avoir un cadre de pensées Objectifs, c’est :

1) orienter sa vision vers le Futur plutôt que le Passé

2) se demander Comment plutôt que Pourquoi. Je cherche le “comment faire” au lieu du “pourquoi”. A certains moments (par exemple en debriefing), il est important, nécessaire de se poser la question du Pourquoi, mais l’objectif immédiat est ensuite de se projeter vers l’avant.

3) intégrer la notion de Feed back plutôt que celle de l’échec. Tirer les enseignements de cette expérience pour envisager une autre manière de faire en montrant de la flexibilité. Je vous conseille la lecture de l’excellent livre de Charles Pépin “les vertus de l’échec” !

4) envisager les Possibilités plutôt que les Nécessités. Voir les opportunités (les ouvertures, les choix…).

5) adopter une attitude de Curiosité plutôt que de Fermeture

Pour travailler à sa définition d’objectif, vous pouvez utiliser la méthode SMART (défini par Peter F. Drucker dans son management par objectif publié en 1954) : Spécifique Mesurable Atteignable Réaliste Temporel

objectif SMART | Performance et Coaching

Il est aussi fondamental de distinguer des objectifs de résultats, de performance mais aussi de “processus”, de maîtrise, de réalisation personnelle

 

Une autre habileté mentale : l’activation

Selon les professeurs Gould et Krane, l’activation est « un état général d’éveil physiologique et psychologique de l’organisme qui varie sur un continuum allant d’un sommeil profond à une intense agitation ». De nombreuses études montrent une grande variabilité de ce niveau : nous avons tous, individuellement, un niveau optimum d’activation.

En nous référant aux travaux de Hans Selye sur le stress, de Mihaly Csikszentmihaly  sur le flow, de Robert M. Yerkes et John Dillingham Dodson sur le lien entre niveau d’éveil et performance, ceux de Hanin sur notre zone optimale individuelle de fonctionnement, on peut raisonnablement indiquer que face à un enjeu, nous pouvons être dans une zone “d’hypo stress” (sous-activation), ou dans une zone “d’hyper stress” (sur-activation), ou bien enfin dans la zone d’activation optimale.

Le travail consistera à déterminer ces zones, à identifier les marqueurs sensoriels (nos sentinelles) puis les techniques appropriées (celles qui fonctionnent pour vous) : la visualisation, la respiration, la respiration synchronique, des mouvements de relaxation dynamique, des techniques d’optimisation du potentiel (TOP).

 

Le Mental, ce n’est pas magique

Pour développer son mental vers la performance, il faut s’entraîner. Il faut tout d’abord définir des outils. Un outil mental, c’est :

1) un savoir faire plus ou moins complexe

2) qui s’apprend

3) qui s’entraîne (de manière dissocié puis associé et enfin intégré)

4) propre à chacun car il a été adapté

5) intégré dans des contextes d’actions

Ainsi, on programme des séances de préparation mentale. Elles sont progressives, suivies, ajustées … de la même manière que des séances classiques d’entrainement !

 

N’hésitez pas à me laisser des commentaires en bas de page. Merci pour vos contributions

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre approche de la performance mentale, découvrez notre offre d’accompagnement sur notre site

Mesurer sa performance mentale

Le questionnaire Préparation mentale OMSAT-4 challenge l’athlète en mesurant son niveau de performance mentale. C’est une photo à un instant t et que l’athlète peut voir évoluer dans le temps. Le mental est le 1% ou 2% qui change tout. La démarche OMSAT-4 consiste en un questionnaire et une séance de décryptage. Il évalue 12 habiletés mentales.

Publier un commentaire:

Pierre Cochat.

96 Boulevard de la Libération 94300 Vincennes
06 12 43 79 28
contact@performanceetcoaching.fr
Share via
Copy link
Powered by Social Snap