Analyse transactionnelle et les Etats du Moi

3 etats du moi fonctionnel - analyse transactionnelle | Performance et coaching

L’analyse transactionnelle (AT)

L’Analyse Transactionnelle (AT) est une théorie de la communication, une théorie de la personnalité, de la psychopathologie mais aussi un outil d’analyse et de changement. Elle a été fondée par Éric Berne, médecin psychiatre américain dans les années 1960.

Ainsi pour moi, l’analyse transactionnelle est un outil résolutoire permettant de décoder et traiter les problèmes de communication, de relations entre les personnes (dans tout type d’échanges, de relations humaines, qu’elles soient professionnelles ou non). Sa force est de renvoyer la responsabilité d’analyse et de résolution des problèmes à ceux à qui elle appartient en premier lieu.

Selon Éric Berne, l’analyse transactionnelle explique comment les schémas de comportements dans notre vie actuelle ont pris naissance dans notre enfance. En étant sensibilisé à ce point, l’éducation que l’on peut donner à nos enfants (en particulier dans les 6 premières années de leur vie) peut s’en trouver radicalement changée.

Il a notamment mis en avant les notions suivantes :

  • nos besoins vitaux (en lien avec la pyramide de Maslow)
  • les signes de reconnaissance
  • les messages contraignants
  • notre personnalité à travers les états du moi
  • notre communication à travers les transactions et aussi les jeux psychologiques
  • les positions de vie
  • l’autonomie
  • la structuration du temps
  • les jeux (avec notamment le principe du triangle de Karpman)

Dans ce premier article, je vais aborder ce que Eric Berne appelle les états du moi.

 

Les états du Moi – Approche structurale

On dit en analyse transactionnelle que toute personne est constituée de 3 Etats du Moi : Parent, Adulte, Enfant (Analyse structurale).

Ce sont 3 facettes de notre personnalité que nous utilisons (très souvent sans nous en rendre compte). Lorsque nous échangeons avec autrui, (Eric Berne parle de transactions), nous activons ces aspects de nous.

états du moi - analyse transactionnelle | Performance et coaching

 

Parent : cette facette vient de l’éducation, la « loi », les règles. Ce sont aussi nos valeurs, nos croyances ou nos attitudes qui proviennent de nos propres figures parentales.

Adulte : le siège et l’endroit de la raison. Ce que l’on a construit par l’expérience. Cet aspect de nous est construit sur le principe de réalité, d’analyse tangible, factuelle.

Enfant : Tout être humain porte en soi un petit garçon ou une petite fille qui pense, agit, parle, s’émeut et réagit exactement de la même façon que lorsqu’il était un enfant. Selon Berne, « L’élément déterminant, ici, est l’âge, qui peut être situé n’importe où entre les âges de deux et cinq ans ».

 

 

Les états du Moi – Approche fonctionnelle

A travers l’approche fonctionnelle (ce que l’on peut observer, nos comportements), nous pouvons décrire les états du moi de la manière suivante. Vous remarquerez que pour chacun des états, il y a un aspect positif et un aspect négatif.

etats du moi fonctionnel analyse transactionnelle

 

Parent normatif : Il donne des règles, il les fait respecter

Parent nourricier : Il prend soin de la personne, il donne des encouragements

Adulte : Il va avoir une position factuelle, informative. Il va questionner, organiser, … tout comportement approprié à la réalité du moment (la raison)

L’Enfant adapté soumis : Il se soumet aux règles pour vivre et être accepté par autrui

Enfant adapté rebelle : Il se rebelle vis-à-vis des règles, de l’autorité, des contraintes

– Notre Enfant libre : Il se comporte librement sans tenir compte des attentes externes

 

Chaque état est cohérent et il figure dans notre personnalité. La manifestation de ces États du Moi est observable. A chacun de ces États du Moi correspondent un comportement (ton, volume de la voix, mimiques, gestuelles, postures…) et un vocabulaire spécifique.

 

 

L’analyse transactionnelle et nos transactions

Quand nous échangeons, nos conversations sont des messages que nous formulons, que notre interlocuteur reçoit et analyse. Cela entraine une réaction de sa part. Et ainsi, l’échange se construit. Dans l’article « Etats du moi et infantilisation », je décris plus en détails ce principe d’échanges et ce qui se joue.

En analyse transactionnelle, il n’y a pas de « bons » ou de « mauvais » États du moi. Ils ont tous ont une fonction différente, essentielle et complémentaire.

Ainsi, un premier élément de compréhension est dans l’observation du comportement de la personne « Ici et Maintenant ». Mais aussi dans l’écoute de sa voix, l’analyse de sa posture et de ses gestes. Tous ses éléments apportent un grand nombre d’enseignements.

A partir des connaissances sur les Etats du moi, sur les Transactions, les principes de communication avec autrui s’en trouvent changés. De la même manière, nous pouvons mieux décrypter les échanges entre les personnes au sein des organisations.

Dans certains cas, nos échanges peuvent donner lieu à ce que l’on appelle des « jeux psychologiques ». C’est un échange entre deux ou plusieurs personnes dont le but réel pour chacun n’est pas la poursuite de la discussion au niveau de ce qui est dit mais de ce qui est dit et qui ne s’entend pas (c’est à dire à un niveau caché). L’exemple le plus connu est quand une personne répond régulièrement par « Oui, mais… ». Cela aura tendance à mettre la personne en face dans un sentiment d’impuissance.

Une des manières de représenter ce système de jeu est le triangle dramatique de Karpman, avec les positions de Victime, Persécuteur et Sauveur.

 

Comment améliorer notre communication ?

Voici un extrait du film « Oui mais… » qui illustre bien notre communication interpersonnelle. Il permet de comprendre comment nos jeux (sortent de jeux de rôle la plupart du temps inconscients) se mettent en place.

Ainsi, comment utiliser l’analyse transactionnelle pour améliorer sa communication interpersonnelle. Il y a selon moi plusieurs pistes :

  • Tout d’abord, être le plus possible dans cette posture d’Adulte mentionnée plus haut. Cela favorise une meilleure écoute pour mieux communiquer et être dans des relations constructives.
  • Etre dans cette posture d’écoute qui se caractérise par le fait de se taire, de faire attention à l’autre, de prendre conscience des mots utilisés (communication verbale) et aussi des attitudes (communication non verbale). Cette attitude d’écoute active est très dynamique et nullement passive !
  • Donner à l’autre des signes de reconnaissance et tout du moins, pas de signes de jugement ou de dévalorisation. On peut ne pas être d’accord, y compris sur des aspects profonds de nos personnalités, de nos vies. L’important pour mieux communiquer est de ne pas être dans la réaction, donc dans l’émotion. On perçoit aisément que des approches comme l’intelligence émotionnelle, la sophrologie sont extrêmement intéressantes.
  • Une communication interpersonnelle efficace passe par l’absence absolue de manipulation. C’est ce qu’Eric Berne explicite très bien avec son concept de position de vie que l’on peut avoir dans chaque situation.
  • Communiquer passe aussi par l’art de questionner et de relancer. Les questions sont multiples : question ouverte, question fermée, question neutre ou au contraire question ouvrant le débat du type « ne pensez vous pas que … », « ne pourrions nous pas … ». Les relances actives ou passives sont tous les éléments de communication verbale ou non verbale permettant d’entretenir la relation, de remettre « du gaz dans le moteur ».

 

Pour aller plus loin sur l’analyse transactionnelle

Comme indiqué en introduction, j’utilise l’analyse transactionnelle en coaching individuel ou en coaching d’équipe comme outil d’analyse de la communication. C’est une démarche simple, puissante à partir du moment où l’on ne cherche pas non plus à tout analyser sous cet angle. Pour ma part, j’en fais usage lors de problèmes de communication avérés. Et aussi pour aider le coaché à développer son leadership et ses capacités relationnelles. C’est aussi une manière intéressante de travailler sur l’affirmation de soi, sur nos pensées limitantes (par exemple, comment vaincre notre sentiment de perfection en acceptant l’imperfection !). Le tout sans mener de pratique psychothérapeutique car le coaching professionnel n’a rien à voir avec la psychothérapie.

L’approche du coaching avec l’analyse transactionnelle se complète parfaitement avec une démarche systémique ou bien du coaching basé sur les travaux de Carl Rogers (psychologie humaniste), de Fritz Perls (fondateur de la Gestalt), de Viktor Frankl (avec le coaching existentiel) ou bien de Will Schutz (l’élément humain, ce lien entre estime de soi, confiance en soi et performance).

Si vous souhaitez comprendre concrètement ces mécanismes, regardez sur ma chaine Youtube, ma vidéo sur la confiance en soi dans le sport vu sous le prisme de l’analyse transactionnelle.

Enfin, si vous souhaitez échanger, sur pourquoi faire du coaching en entreprise ou pourquoi suivre un coaching à titre personnel, n’hésitez pas à prendre contact. La première séance de découverte est gratuite et sans engagement.

 

Le coaching avec l'analyse transactionnelle

C’est un outil résolutoire permettant de décoder notre communication, nos relations avec autrui. Sa force est de renvoyer la responsabilité d’analyse et de résolution des problèmes à ceux à qui elle appartient en premier lieu.

Comments:

  • 6 août 2021
    Sira Djibril Keita

    Excellent

    reply

Publier un commentaire:

Pierre Cochat.

96 Boulevard de la Libération 94300 Vincennes
06 12 43 79 28
[email protected]
%d blogueurs aiment cette page :