Affutage pré-compétitif, période indispensable

affutage pre-competitif, préparation physique | Performance et coaching

L’affutage pré-compétitif, ou bien le fait d’être à son pic de forme avant une compétition (affutage avant compétition). Les différentes disciplines sportives présentent des « cultures » d’entraînement et de planification très différentes. Elles vont, selon les entraîneur(e)s, de modes de programmations plus empiriques et intuitifs à des planifications plus construites et plus formalisées.

Ainsi, il existe plusieurs modèles plus ou moins « traditionnels », fondés sur le séquençage d’une saison. Ainsi, la préparation physique et sportive se décompose en différentes unités d’entraînement ou blocs. Chacun ayant des objectifs de développement précis.

L’affûtage pré-compétitif est l’une de ces phases. Elle correspond à une période où l’athlète va réduire son volume d’entrainement (réalisée suite à une période d’entrainement intense) en vue de la compétition, de la course qui est proche. On parle ainsi d’affûtage avant compétition.

Cette démarche est applicable dans de nombreux sports, individuels ou collectifs.

affutage avant compétition | Performance et coaching

Etude de l’INSEP sur l’affutage pré-compétitif

Lors des entretiens de l’INSEP de Novembre 2013, Yann Le Meur explique les résultats de son étude menée sur ce sujet.

But et objectifs de l’étude

Elle a permis de décrire les relations entre le niveau de performance en endurance atteint au cours d’une phase d’affutage pré-compétitif prolongée en fonction de la charge d’entraînement soutenue en amont de la période d’affutage.

33 triathlètes amateurs bien entrainés ont participé à cette étude répartis en deux groupes.

Ainsi, l’objectif était de déterminer si ces triathlètes démontreraient un plus grand pic de forme qu’un groupe témoin (de 10 triathlètes, dont je faisais partie) lors d’un affutage simulé de 4 semaines après avoir réalisé 3 semaines de surcharge d’entraînement.

Protocole d’affutage avant compétition

Chaque triathlète suivait un entrainement de 11 semaines décomposé en 4 phases :

  • Les deux premières phases sont similaires pour les groupes surcharge et contrôle.
  • Ensuite, durant la troisième période, le groupe « forte charge » réalise 3 semaines de surcharge d’entraînement. Chaque session d’entraînement habituelle a une durée augmentée de 40%. Dans le même temps, le groupe contrôle reproduit son programme d’entraînement classique avec une programmation de séances.
  • Enfin, tous les participants réalisent quatre semaines d’affutage. La charge d’entraînement normale est diminuée de 40%.

Résultats de l’étude sur l’affutage pré-compétitif

A travers les divers résultats, Yann Le Meur démontre que la phase d’affutage est une période indispensable. En effet, elle permet d’atteindre son niveau maximal de performance. Par contre, cette phase doit être préparée avec minutie pour bien gérer les intensités, la fatigue, la récupération.

Voici la visio-conférence de 30 minutes qui présente ces résultats : Reportage www.canal-insep.fr

Concernant l’optimisation de votre préparation physique, de nombreuses études scientifiques permettent de structurer les approches. Par exemple, il est nécessaire de bien distinguer les filières énergétiques qui sont activées en fonction de la typologie des activités sportives.

La période d’affutage pré-compétitif est aussi un moment stratégique pour bien réguler son stress, gérer ses émotions dans les jours qui précèdent la compétition. A ce titre, la sophrologie peut-être une approche intéressante, notamment pour être dans un état mental optimal.

N’hésitez pas à me contacter ou à me laisser des commentaires en bas de page. Ce sera avec plaisir que j’y répondrai. Merci pour vos contributions.

Publier un commentaire:

Pierre Cochat.

96 Boulevard de la Libération 94300 Vincennes
06 12 43 79 28
[email protected]
%d blogueurs aiment cette page :