Cate Campbell - Natation 100 m nage libre - JO Rio 2016

Cate Campbell : Étouffée par l’envie de gagner

Cate Campbell a 26 ans. Elle est championne du monde du 100 m nage libre, double championne olympique du relais 4 x 100 m, ancienne détentrice du record du monde du 100 m. En Août 2016, elle est la grande favorite du 100 m nage libre aux Jeux Olympiques de Rio.

Elle a pris le temps pour écrire cette lettre. Elle s’adresse à ceux qui jugent les sportifs sur leur performance. Ceux qui croient connaître le sport de haut niveau. Les 60 millions de sélectionneurs.

Pour ceux qui ne lisent pas l’anglais dans le texte, en voici une traduction complète. Sinon, le texte en version originale est disponible sur le site Exclusive Insight.


Lettre aux … guerriers du clavier

Chers guerriers de clavier,

Bonjour, c’est moi, Cate. Vous vous rappelez peut-être qu’il y a eu une course il y a environ deux ans et que depuis nous nous sommes peu rencontrés.

Je ne pense pas que nous ayons parlé en face à face. Vous avez parlé de moi. Je vais faire aujourd’hui un bref commentaire.

En effet, je pense qu’il est temps de parler – pas en face à face, car n’oublions pas que vous êtes sans visage. Alors qu’au contraire je le suis. Mais parlons en direct, pas d’intermédiaires, pas de journalistes.

Revenons à l’événement de départ qui nous a fait nous rencontrer. 2016, Jeux Olympiques à Rio. Finale du 100 m nage libre. Je suis la favorite incontestée.

Détentrice du record mondial, olympique et du Commonwealth de la discipline

Je suis le pari sûr chez les Bookmakers (comme beaucoup d’entre vous me l’ont dit par la suite « J’ai perdu de l’argent à cause de toi ! ». Je suis la seule médaille d’or « garantie » de ces Jeux.

Je suis aussi une médaille d’or assurée pour le décompte des médailles australiennes, une autre raison de se mettre en avant.

Cate Campbell départ 100 m nage libre Rio 2016

L’australienne Cate Campbell au départ.
100 m nage libre des jeux olympiques de Rio 2016

Mais, je suis juste une personne. Et en fin de compte, je n’étais pas la valeur sûre. Je n’ai pas contribué au décompte des médailles australiennes. Je n’étais pas un atout australien à mettre en avant.

Il m’a fallut beaucoup de temps pour analyser ce qui s’est passé et pourquoi j’ai étouffé (et je continue à utiliser ce mot).

Il y a nombreuses raisons, et aucunes ne nécessitent que je me justifie auprès de vous. Ce que j’ai pourtant fait à l’époque.

Je veux juste que vous sachiez que vous ne pouviez pas être plus déçus de moi que moi-même. Vous ne pouviez pas avoir plus honte de moi que moi-même. Vous ne pouviez pas me juger plus sévèrement que moi. En disant cela, j’ai senti votre déception, j’ai ressenti votre honte et j’ai senti votre jugement.

Les prochaines fois, quand vous verrez quelqu’un étouffer, ce n’est pas parce qu’il s’en fiche. Bien au contraire

Je l’ai désiré cette médaille, ce résultat … à un point … car je savais que ma performance pourrait apporter de la joie à tant de gens – vous y compris.

Je m’inquiétais

Je m’inquiétais parce que ma performance pouvait refléter le génie de mon entraîneur et de ma formidable équipe. Je m’inquiétais parce que je voulais être cette image de moi-même, celle que tout le monde pouvait avoir et que je n’avais pourtant pas.

Je m’inquiétais pour tous les sacrifices que ma famille a fait pour moi au fil des années.

Je m’inquiétais parce que j’avais travaillé encore plus fort pour ce résultat, que je le désirais plus que tout autre chose de ma vie.

Je m’inquiétais parce que finalement cette médaille d’or annoncée était déjà une partie de mon identité. Je me suis inquiété, inquiété.

Equipe Australie 4 x 100 m - Cate Campbell - RIO 2016

RIO DE JANEIRO, BRESIL – 6 AOÛT 2016 : La médaillée d’or Emma McKeon, Brittany Elmslie, Bronte Campbell et Cate Campbell, d’Australie, posent lors de la cérémonie de remise des médailles du relais 4 x 100 m nage libre le stade aquatique olympique le 6 août 2016 à Rio de Janeiro, au Brésil.
(Photo de Clive Rose / Getty Images)

Alors jugez-moi !

Asseyez sur une chaise et jugez-moi. Jugez-moi par ce que je me suis laissé submergé (parce que j’ai étouffé). Jugez-moi parce que je n’ai pas su supporter la pression.

Jugez-moi, parce que j’avais moins de 60 secondes pour accomplir, non seulement mon rêve, mais les rêves d’une nation, d’une équipe de natation, d’un entraîneur, d’une famille. Vous avez raison.

D’une certaine manière, je mérite votre jugement (mais vous pourriez aussi le garder pour vous ou du moins être mesuré ?).

Par contre, ne me jugez pas parce que vous pensez que je m’en fichais. De cela, je suis innocent.

Mon retour de Rio a été une expérience surréaliste

Je suis entrée dans les Jeux comme une sorte de modèle et j’en suis sorti totalement différemment.

J’étais le héraut des objectifs atteints, des rêves réalisés, des gagnants … Et je suis devenu la femme australienne synonyme d’échec.

J’ai ressenti qu’en échouant, j’étais devenu un échec. Les deux étaient synonymes. J’ai depuis appris qu’ils s’excluent mutuellement.

Je dis que je suis devenue la fille-poster australienne de l’Echec. Je suis devenu la version personnifiée de la citation de Buzz l’Éclair dans Toy Story : « ça ne vole pas, ça tombe avec style ».

J’ai appris quelque chose de cette longue expérience : le vol n’est peut-être pas aussi important que la chute.

La peur est une chose puissante. C’est ce qui fait battre votre cœur plus vite lorsque vous êtes au bord de la falaise. Même si vos pieds sont fermement plantés sur le sol, vous craignez de tomber. Dans la vie, au lieu de tomber, nous avons peur d’échouer.

J’ai laissé la peur de l’échec détruire la possibilité de succès

J’ai manqué le point crucial qui fait passer de la peur de l’échec au succès réalisé.

La plupart de nos craintes d’échec proviennent de la peur de ce que les autres vont dire de nous. Comment nous serons jugés. Et surtout à cause de vous, chers guerriers du clavier sans visage. Nous sommes maintenant beaucoup plus exposés aux jugements qu’auparavant.

Des choses qui étaient autrefois volatiles, laissent maintenant des marques cybernétiques permanentes sur le Web.

Ne vous inquiétez pas, je ne vous blâme pas. Je suis pleinement responsable de mes actes et de mes performances (ou de leur absence).

Voici ce que je propose : et si nous changions la façon de voir l’échec ?

L’échec c’est un mot sale, quelque chose dont nous devrions avoir honte. Mais laissez-moi vous dire qu’il faut énormément de temps, d’efforts, d’engagement, de persévérance et surtout de courage pour arriver à un endroit où l’échec est possible. Parce que c’est le même endroit où le succès est possible.

Au lieu de blâmer les gens, applaudissons leur courage à faire quelque chose que nous n’avons pas été assez courageux ou assez capable de faire nous-mêmes.

Qu’on le veuille ou non, j’ai quand même fait un meilleur « job » que vous ne le pouviez.

J’ai une chose à vous demander avant de partir

Pourriez-vous être gentil en tapant sur votre clavier ? Pourriez-vous réfléchir avant d’écrire ?

Avant de commencer à assouplir vos pouces, demandez-vous si vous êtes qualifié pour émettre des critiques et avoir l’insulte facile.

Demandez-vous ce que la personne que vous regardez a dû sacrifier pour atteindre le niveau ou elle se trouve. Qu’ont-ils fait ? Qu’ont-ils abandonné ? Seriez-vous prêts à en faire autant ? Pas seulement pour les quelques instants que vous voyez, mais dans les engagements de tous les jours et que nous ne voyez pas. Pour le sang, la sueur et les larmes, qu’ils ont versés pour en arriver là. Un endroit où l’échec est possible, mais le succès aussi.

Si la réponse est non, ce qui sera presque toujours le cas, alors changez !

Dans les mois qui ont suivi Rio, j’ai été extrêmement reconnaissant aux milliers de messages de soutien que j’ai reçus. Pour les personnes qui ont cru en moi alors que je ne croyais plus en moi : MERCI !

Merci pour votre gentillesse, votre compréhension et pour avoir vu en moi des qualités que je ne pouvais pas voir et que j’ai encore du mal à voir.

Et donc, chers Guerriers Clavier, merci d’avoir écouté. En terminant, je voudrais juste vous dire : Acquérir un peu de gentillesse est un long chemin, mais l’inverse est également vrai.

Tu ne veux pas rendre ce monde un peu meilleur ? Même avec 280 caractères.

Cordialement,

Cate Campbell

 

Autres articles du Blog Performance et Coaching

Cate Campbell : Étouffée par l’envie de gagner
5 (100%) 1 vote